La compagnie Nadja est née en 2005 du projet de la chorégraphe-interprète Lydia Boukhirane de réunir des artistes danseurs, comédiens, musiciens et plasticiens autour de la création de pièces protéiformes, dans la rencontre des publics et des lieux.

 

 

Le processus de création s’inspire du surréalisme pour chercher l’expression la plus immédiate des forces contradictoires de l’inconscient. Le corps est la main de cette écriture automatique, il est l’empreinte vivante de mémoires multiples, qui s’incarnent dans le geste, dans la voix, dans le contact avec des matériaux bruts et ordinaires.

 

 

Au cours de ce dévoilement, une intimité rencontre le regard de l’autre et se confronte à la singularité d’un espace : la compagnie Nadja investit chaque lieu comme un tissu unique de mémoires individuelles et collectives, patchwork en perpétuelle évolution sur lequel les artistes et le public vont coudre ensemble une nouvelle pièce.

 

 

La recherche de ce dialogue polysémique avec le public amène la compagnie à développer une pédagogie créative qui, d’ateliers en étapes publiques de travail, nourrit la matière première, quotidienne et humaine, de l’écriture chorégraphique.